Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation Du Blog

  • : Le blog de Bastet
  • Le blog de  Bastet
  • : Protection des chats libres et des animaux vivants librement dans la ville. Défense et droit des animaux.
  • Contact

LE SALON DU BLOG

 

Fantaisies littéraires

 

Roman d'un CHAT

P'tit chat

 

Musique

LA MUSIQUE DE BASTET

 

 

 

SOLIDARITE





Un clic pour nourrir un animal
ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

Allez-y!

21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 12:06

 


 Le bonheur d'être bien ensemble grace à O Maley
 Un chouette chat 

Repost 0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 19:06

Voici Trois Plumes croquée.
C'est tout elle!
Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 13:30


Un aperçu de nos protégés, en pleine sièste.
OMaley puis La Jumelle, RandB, Ouate, La Blanche et grise puis Choupinette(Trois plumes)





Repost 0
Association Bastet - dans PHOTOS
commenter cet article
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 19:08
Une histoire surprenante que j'ai trouvé sur le net: C'est le jour de mon anniversaire et ça parle de chaaaat!!!!!

Le chat. Les mystères de la nuit de la sainte Agathe
polymathe.over-blog.com/articLe le-27790972.html
link

Repost 0
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 16:03
Repost 0
Association Bastet - dans POINT DE VUE
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 19:31


Voici les deux projets:
Une chambre protégée du vent et de la pluie mais qui peut devenir une terrasse solarium les beaux jours, destinée au balcon-refuge  (deux exemplaires). Les chats de ce groupe dorment ensemble pour se tenir chaud.

La jardinière-abris est destinée au jardin pour des abris individuels qui s'intégrent aux plantations, aux massifs. Des niches végétales pour le bien être des chats et des résidents.

Repost 0
Association Bastet - dans POINT DE VUE
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 22:09


Extrait choisi sur le site de l'Ecole du chat: Voir le lien
Extrèmement important pour les chats libres. Une réussite et un aboutissement rare....

"Le terme- dont la paternité revient à Michel Cambazard- est lié à celui de « chat-lm ». Ce dernier, il y a 25 ans, a fait sourire les indifférents et les détracteurs du chat libre.
Et pourtant, la domiciliation est l'aboutissement indispensable de la prise en charge des chats libres sur leur territoire: le chat-lm , c'est l'abri, qui remplace les cartons, polystyrènes et plastiques misérables qui, de tout temps, ont été offerts aux chats. . .
Il peut être fabriqué « maison », ou être une niche à chien améliorée, il peut être à étage, avec mezzanine, grand ou petit. . ., en épicéa massif ou en bois marine, l'essentiel c'est qu'il protège du froid et de la pluie. . .
Mais le « chat'lm » doit être aussi protégé des actes de vandalisme. . . c'est pour cette raison que nous avons imaginé «l'Enclos» - clôture en grillage fermée par une porte, mais agrémentée de chatières pour la libre circulation des chats.

La réussite de la domiciliation dépend de deux facteurs : d'une part, l'accord des autorités locales : direction d'hôpital, OPHLM, Parcs et Jardins. . ., d'autre part, la présence sur place d'une personne responsable de l'entretien de l'Enclos et des abris.
L'installation d'un enclos dans un lieu éloigné des regards l'expose au vandalisme...."

 



On y arrivera!!!
Repost 0
Association Bastet - dans POINT DE VUE
commenter cet article
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 14:15

Voici un chat envoyé par Pablo, de sa classe de neige.
Une pensée pour nos petits tigres qui fait plaisir.
Le sourir entendu de ce chat est chouette!

Repost 0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 15:24

Les Abris pour chats de l'Hopital de Perpignan ont été détruits par la tempête. Envoyez un chèque pour les aider!!!
Pleins de petits font beaucoup!!!
(
et des gros chèques si vous pouvez)
link Le blog des chats de l'Hopital de Perpignan

MERCI!!
Repost 0
Association Bastet - dans COMMUNAUTE
commenter cet article
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 19:22

Pour les passionnés et amoureux des chats libres voici un article qui a pour objectif d'évoquer l'errance, car les chats libres avant d'être libres, étaient dits: errants.
Pourtant les chats sont territoriaux...Comme tout amour a des racines profondes qu'il est parfois nécessaire d'explorer.....


Avant propos" de l'ouvrage Figures de l'errance, sous la direction de Dominique Berthet, L'Harmattan, 2007

 

"L'errance a de nombreux visages et revêt différents aspects. Elle peut relever du déplacement physique, mais aussi d'un cheminement intellectuel, ou encore d'une pathologie mentale. Errance de la pensée, de l'esprit, de l'imagination vagabonde, errance de la recherche, de la réflexion, de l'écriture. L'errance en réalité nous est à tous familière, ne serait-ce que lorsque nous nous abandonnons à nos pensées, à nos rêveries. Errance immobile. La vie peut comprendre des errances occasionnelles voire être une longue errance. Nerval, Hölderlin, Nietzsche, Genet, Kerouac et tant d'autres, eurent des années ou une vie d'errance. Le thème de l'errance, faut-il le rappeler, est souvent présent dans la littérature et au cinéma. L'errance intrigue, fascine ou au contraire, inquiète. On s'y jette, on y tombe, on y résiste ou encore on s'en préserve. Mais à quoi renvoie-t-elle ?

Errer possède un double sens. Un premier venant du latin errare signifie « aller de côté et d'autre, au hasard, à l'aventure »  ; c'est ce verbe qui, au figuré, signifie s'égarer. Référence à la pensée qui ne se fixe pas, qui vagabonde. Laisser errer signifie alors laisser en toute liberté… Mais ce verbe signifie aussi se tromper, avoir une opinion fausse, s'écarter de la vérité. Par le passé, l'errant était celui qui errait contre la foi, c'était le mécréant, l'infidèle, le pécheur. Ici, l'errance conduit à l'erreur. Le Littré donne d'ailleurs comme définition de erreur : « Action d'errer çà et là. Action d'errer moralement ou intellectuellement ; état d'esprit qui se trompe ». On parlera aussi d'errements. Mais ce verbe errer ne doit pas être confondu avec un autre, qui se trouve dans l'ancien français et qui signifie aller, voyager, cheminer, verbe qui était très employé sous cette forme, venant du bas-latin iterare. C'est ce verbe qui est usité pour parler du chevalier errant, du Juif errant, ce personnage imaginaire tant peint par Chagall, que l'on suppose condamné à voyager incessamment jusqu'à la fin des temps. C'est aussi Zarathoustra, voyageur errant. Ici existe donc l'idée de voyager, même si c'est au hasard.

L'errance peut s'envisager au moins sous deux aspects. D'ordinaire, elle est associée au mouvement, souvent à la marche, à l'idée d'égarement, à l'absence de but. On la décrit comme une obligation à laquelle on succombe sans trop savoir pourquoi, qui nous jette hors de nous-même et qui ne mène nulle part. Elle est échec pour ne pas dire danger. L'errance, toujours vue sous cet angle, s'accompagne d'incertitude, d'inquiétude, de mystère, d'angoisse, de peur. C'est une épreuve. Elle est perte de soi-même. De ce point de vue, elle est opposée à la notion de plaisir. Cette conception de l'errance négative envisage l'errant comme un être égaré, désœuvré, à la dérive, sorte de SDF de notre période contemporaine. Bref, elle est considérée comme relevant d'un comportement déviant. Ainsi est-elle en effet parfois vécue. Mais l'errance est-elle toujours l'expression d'une crise ? Faut-il n'envisager que les affres de l'errance ? Sans doute pas, car elle possède de nombreuses autres facettes.

En référence au second verbe errer ( iterare), être errant c'est être, à un moment donné, sans attache particulière, allant d'un lieu à un autre, en apparence sans véritable but. En apparence seulement car l'errance, est une quête ; une quête d'autre chose, d'un autre lieu qu'Alexandre Laumonier appelle le « lieu acceptable » . L'errance pose en effet un certain nombre de questions concernant le lieu, l'espace, le mouvement, le temps. Cette recherche du lieu acceptable distingue l'errance du voyage. Voyager, c'est quitter son domicile ordinaire pour l'inconnu, sachant que le voyage n'est vraiment accompli qu'avec un retour. Dans le voyage, il n'est pas recherché un autre lieu où vivre. Le voyage est un éloignement momentané. Le plaisir de voyager dont a parlé Ernst Bloch dans Le Principe espérancen'existe que si le voyage est volontaire et souhaité, s'il relève d'une décision et d'un projet. Il exprime un désir d'horizons nouveaux, d'aventure, d'émancipation vis-à-vis d'un monde jugé étriqué. Voyager, c'est vouloir s'affranchir du connu. Ernst Bloch écrit : « Pour qu'un voyage plaise il faut qu'il soit entrepris de plein gré. Il faut que l'on soit heureux d'échapper à telle ou telle situation ou du moins que l'on parte sans regret. […] s'il n'est pas une rupture spontanée avec ce qui le précède, il ne mérite pas le nom de voyage. […] L'euphorie du voyage c'est l'évasion provisoire, sans regard en arrière. C'est un changement radical, que ne commande aucune contrainte extérieure » .

Cela dit, d'autres voyages s'apparentent à l'errance telle qu'elle vient d'être évoquée ( iterare). Voyage initiatique à la découverte de soi-même et des autres, dans un rêve de l'ailleurs, tel qu'en firent l'expérience Rimbaud, Gauguin ou les hippies des années 1970 sillonnant l'Inde. Long périple à la recherche de ce lieu acceptable dont l'inattendu, l'inconnu et l'errance sont les composantes. Dans cette errance, l'objectif n'est pas de se perdre mais au contraire de se trouver. L'errance est la quête incessante d'un ailleurs. Du fait de cette quête, généralement, il n'est pas envisagé de retour en arrière, c'est-à-dire de retour à l'endroit d'où on a senti le besoin de partir. Car l'errance relève de la nécessité intérieure, nécessité de partir, de porter ses pas plus loin et son existence ailleurs. Le retour serait la marque de l'échec de l'errance parce qu'expression de l'inaccessibilité de la quête. Mais l'errance n'est pas nécessairement continue. Elle peut s'accompagner de pauses, de temps d'arrêt, de même qu'elle peut comprendre des étapes. De plus, elle ne relève pas d'une condamnation à l'errance perpétuelle. Elle peut avoir une fin. Quoi qu'il en soit, on en ressort toujours autre, différent. L'expérience de l'errance transforme, comme tout moment fort de l'existence. Après, plus rien n'est pareil. Le regard que l'on porte sur les choses a changé…

Les textes qui composent cet ouvrage furent présentés à l'occasion du 9 e colloque organisé par le CEREAP qui s'est tenu en Martinique, en décembre 2003 , sur le thème « Errances ». Ces communications venaient compléter une première série de textes publiés sur le même sujet en octobre 2003 dans Recherches en Esthétique . Communications inédites d'auteurs qui, pour la plupart, n'avaient pas collaboré au numéro de cette revue, élargissant ainsi les approches et les points de vue.

Comme ces réflexions le montrent, la notion d'errance est ambiguë car elle est liée au pire (la perte de soi) comme au meilleur (l'éloge de l'imprévu). Tout dépend du point de vue à partir duquel elle est envisagée. Ces textes tentent d'apporter des réponses aux questions : qu'est-ce que l'errance ? Quelles sont ses manifestations ? S'agit-il d'une absence de finalité, d'une perte du sens ou d'une poétique du lieu ? Déperdition, dépossession ou démarche initiatique, manière de vivre un idéal ? Egarement ou prémisses d'une démarche créatrice ?

Ces textes investissent des domaines variés : les arts plastiques, la littérature, le cinéma et la philosophie. Des chercheurs de l'IUFM de Martinique, de l'Université des Antilles et de la Guyane , de l'Université de Paris I, de l'Université de Provence, des Beaux-Arts de Nice analysent cette notion au travers d'auteurs comme Antonin Artaud, Alejo Carpentier, Thomas de Quincey, D. H. Lawrence, Hart Crane, Jack Kerouac ; des cinéastes comme Jean-Luc Godard ou Agnès Varda ; des philosophes comme Nietzsche, Kant, Descartes, Heidegger ; des artistes comme Beuys, Orlan, Richard Long, Chen Zhen ou Reno Salvail. Trois artistes vivant en Martinique livrent aussi leur réflexion sur leur démarche et leur pratique liée à l'errance. "
Dominique BERTHET
Dominique BERTHET est Docteur en Esthétique et Sciences de l'art (Université de Paris I), Docteur en Philosophie (Université de Paris I), Maître de Conférences à l'IUFM de Martinique.
Fondateur et directeur du CEREAP et de la revue
 : Recherches en Esthétique
Chercheur associé au laboratoire d'Esthétique Théorique et Appliquée de l'université Paris 1.
Membre de l'A.I.C.A. (Association Internationale des Critiques d'Art).
Co-directeur de la collection " Les Arts d'ailleurs " aux éditions L'Harmattan.


Le loup et le chien

Un Loup n'avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde.
L'attaquer, le mettre en quartiers,
Sire Loup l'eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le Mâtin était de taille
A se défendre hardiment.
Le Loup donc l'aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embonpoint, qu'il admire.
" Il ne tiendra qu'à vous beau sire,
D'être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, haires, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? rien d'assuré : point de franche lippée :
Tout à la pointe de l'épée.
Suivez-moi : vous aurez un bien meilleur destin. "
Le Loup reprit : "Que me faudra-t-il faire ?
- Presque rien, dit le Chien, donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son Maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse. "
Le Loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
" Qu'est-ce là ? lui dit-il. - Rien. - Quoi ? rien ? - Peu de chose.
- Mais encor ? - Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
- Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? - Pas toujours ; mais qu'importe ?
- Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. "
Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encor.

Les Fables, Livre I La Fontaine


Repost 0