Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation Du Blog

  • : Le blog de Bastet
  • Le blog de  Bastet
  • : Protection des chats libres et des animaux vivants librement dans la ville. Défense et droit des animaux.
  • Contact

LE SALON DU BLOG

 

Fantaisies littéraires

 

Roman d'un CHAT

P'tit chat

 

Musique

LA MUSIQUE DE BASTET

 

 

 

SOLIDARITE





Un clic pour nourrir un animal
ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner

Allez-y!

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 18:21

UN CADEAU


Pourquoi le chat miaule-t-il sans arrêt pour qu'on le laisse sortir, pour miauler ensuite pour qu'on le laisse rentrer ? Comment fait-il l'amour ? Pourquoi déchire-t-il le tissu de votre fauteuil préféré ? À travers plus de cinquante questions, Desmond Morris décrit et analyse les attitudes les plus courantes du chat domestique suivant ses origines sauvages.

Spécialiste du comportement animal et auteur du best-seller international Le Singe nu, il est aussi le premier scientifique à avoir consacré un livre tout public au comportement du chat. Avec le style et l'humour qui le caractérisent, il explique pourquoi "nos chats sont des camés...", raconte "leurs orgies interminables..." ou conclut qu'ils "considèrent les humains comme des mamans chats". Devenu un classique du genre, son livre est le contraire d'un guide pratique.


"J'ai essayé plutôt de faire un livre tout à fait différent, un livre consacré essentiellement au comportement félin et qui apporte des réponses aux interrogations qui m'ont été soumises aux fils des ans. (...) Alors si j'ai atteint mon but, la prochaine fois que vous rencontrerez un chat, vous devriez pouvoir considérer le monde d'un oeil plus... félin.
"



La qualité de cet ouvrage a été récompensée par le prix 30 millions d'amis. Du même auteur :
Parlons chat !, Le Chien révélé, Le Cheval révélé. --Emmanuelle Figueras







Quatrième de couverture
Aiment-ils la musique ? Que signifient les différents signaux émis avec leur queue ? Une nichée de chatons peut-elle avoir plusieurs pères ? Peuvent-ils donner le SIDA ? Pourquoi certaines personnes ont-elles la phobie des chats ? Pourquoi, parfois, boudent-ils ? Peuvent-ils devenir végétariens ? Parlons chat ! avec Desmond Morris. Après la publication du Chat révélé, l'auteur reçut tant de lettres lui posant des questions sur l'animal préféré des Français qu'il décida de leur répondre par un nouvel ouvrage, avec le même humour et la même rigueur scientifique que dans le précédent.

L'auteur vu par l'éditeur
Desmond Morris, spécialiste du comportement animal, est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont un best-seller international, le Singe nu, d'un livre souvenirs sur ses expériences avec les animaux, la Fête zoologique, du Chat révélé et du Chien révélé, tous deux lauréats du Prix Littéraire 30 millions d'Amis 1987.


Deux livres à lire absoluuuument!!!!!

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 13:58

(Chats et hérissons se rendent souvent à la même auberge)

Les hérissons ne sont pas domesticables, d'ailleurs c'est une espèce protégée et on ne peut pas les déplacer.
Ce qui est incroyable c'est que le hérisson a pour ennemi mortel les mouches, c'est pour ça qu'ils sortent la nuit car les mouches dorment. Si un hérisson est trouvé exposé à la lumière il est en danger de mort car il risque de se faire dévorer par les vers. Il faut le recouvrir (feuilles, autre....).
Quand ils mangent cela s'entend de loin, les croquettes croustillent sous la dent..
On peux laisser, pour les aider à passer l'hiver, une assiette de croquettes et de l'eau pour les réveils ponctuels qui ont lieu pendant leur hibernation et jeter une oreille...

Tout sur les hérissons: A consulter absolument: LE SANCTUAIRE DES HERISSONS

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 22:43

La Rescapée la belle. 
Il  y a un arbuste, un arbousier, en face de mon balcon, les branches effleurent le mur d'un transformateur. En passant par de frèles ramures, la Rescapée, avait essayé d'emmener sa portée de trois chatons sur le toit plat, noyé sous une vigne vierge hors de portée de tous dangers. Malheureusement l'un d'entre eux était coincé dans une petite fourche, au milieu des branches.  Cette courageuse petite mère, sous mes yeux, s'échinait avec peine,  en équilibre précaire sur les branches, à saisir le chaton, attrapant tantôt une patte, tantôt la nuque du chaton. Elle est descendue puis remontée plusieurs fois pour recommencer en passant par dessus et par dessous le chaton, en le tirant, le poussant, mais elle n'arrivait pas à le dégager. Cela a duré longtemps. Il criait aussi, mais elle ne réussissait pas à le décoincer.

J'ai attendu, je ne voulais pas prendre le risque de l'effrayer et qu'elle abandonne son bébé. Après tant d'efforts infructueux, je suis allée l'aider. En montant sur une chaise, j'ai pu cueillir à l'arbre ce chaton. Je l'ai mis au pied de l'arbre. Je suis vite repartie, elle est venu le chercher dès que je suis remontée chez moi.

 Par la suite elle s'est installée sur le balcon dans un carton aménagé pour elle et sa portée. C'est là que tout à commencé pour moi avec les chats libres.

Quand elle a été blessée, sanguinolente, elle n'a pas hésité à venir se réfugier sur le balcon.

Des trois chatons, Casanova, Le Ptit frère et Poussinette, il manque la dernière qui est morte de maladie, trois ans après. Poussinette est venue également nous trouver, un soir, titubante, affaiblie brutalement, atteinte d'une maladie des reins, mais je ne l'ai pas sauvée.

La fille et la mère ont aussi échappé à d'autres dangers. Elles ont été délivrées, l'une après l'autre d'un même piège,  enfermées par je ne sais qui, dans les soubassements d'immeubles.

Je n'ai jamais pu caresser cette chatoune mais je sais qu'elle est confiante. Actuellement elle vient la nuit dormir sur le balcon dans les polaires car il fait froid. 


Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 18:57
Voici une photo envoyée par Christian Vidal.
Vous pouvez découvrir ses oeuvres et ses chats sur son blog.
 link
Cette photo a été prise au Maroc

On dirait un petit fennec!
Ils ont tous tellement d'allures!
Repost 0
Association Bastet - dans PHOTOS
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 00:06


Voila une belle expression. J'ai trouvé quelques explications sur le net.
Ma petite chatte noire, ma toute première rencontre avec les chats, ma Doudou, en fait n'avait pas de nom. Elle s'appelait "Ptit chat" parce  que je ne trouvais aucun nom qui lui corresponde vraiment. Alors c'était: "Ptit chat". Il faut croire que l'essence de notre relation, mon affection pour cette chatte, voulait être faite d'un sincère respect pour l'espèce animale des félins à laquelle elle appartenait. Vive les chats. 



link  Définition et traduction dans d'autres langues
link  Une approche historique
link  Idem


Repost 0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 22:56

On comprend pourquoi les chats aiment tant être dehors même l'hiver.    





 



Repost 0
Association Bastet - dans EVENEMENTS
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 20:48
 

Les gardes et l'entre-aide

Les chats qui ont une maison sont soignés par l'association lorsque leurs maîtres s'absentent. Il n'y a pas de distinction pour nous entre tous ces petits félins, qu'ils soient libres ou vivants à la maison. Un regard affectif se pose volontier sur l'animal de la famille. Malheureusement c'est beaucoup plus rare pour nos chats sans maison. Pour l'association, tous les chats se valent qu'elle que soit leurs modes de vie.

(Garde de Rouky, Poggy, Puce, Ipso.)

-A l'inverse, lors du remplacement occasionnel des nourriciers qui soignent les chats libres, toutes les informations, les habitudes, les rituels de nos compagnons sont transmises. Cela permet de mieux faire connaître et aimer nos petits félins. 

Cette entre-aide est une garantie pour le bien-être de tous nos chats.  Bien qu'ils soient réputés autonomes et débrouillards, il est important de ne pas négliger ces habitudes qui les sécurisent tant. La modification des rituels est source de stress et cela diminue leur confiance en nous si difficilement acquise.


Repost 0
Association Bastet - dans BASTET
commenter cet article
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 22:19
Voila les petits oiseaux dans les arbres mais les chats ne m'en ont jamais amenés. Merci les chats. J'ai quand même droit aux lézards, aux sauterelles, aux papillons, aux cigales et à un rat!!!
Repost 0
Association Bastet - dans EVENEMENTS
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 00:01

 

  




Il manque les photos de Moumoune, de Caramel
et d'Ipso.
Les chats sont gardés quand leurs maîtres
s'absentent quelques jours.

Repost 0
Association Bastet - dans PHOTOS
commenter cet article
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 15:40


La disparition, de nos compagnons.

Nous partageons leurs vies pleines de joies, de souffrances, de banalités, avec émerveillement et angoisse... et puis à un jour, la mort inconcevable de ces êtres que nous aimons, vient frapper.

Il n'y a alors, autour de nous, ni infirmières, ni pompes funèbres, ni cérémonies, ni traditions...
Nous nous   retrouvons seuls pour  nous occuper du corps de notre compagnon, pour décider de ce qu'il faut faire.
Quand un chat est malade, on a un petit laps de temps, même s'il est très court, pour se préparer, réfléchir. 

Lorsque la flamme vacille, que l'ombre fatale recouvre notre compagnon, nous l'emmenons chez le vétérinaire. Le ténébreux trajet est sombre et lourd. Comme dans les religions antiques, on aimerait accompagner notre bien-aimé, l'aider à traverser le fleuve vers l'au-delà, qu'il soit serein, apaisé et confiant,  que le passage soit indolore avant qu'il n'entre dans les éthers.
 
Il ne s'éveillera plus, et tout est  si calme... On caresse et l'on cueille la chaleur de la vie, et le dernier regard. Dans cinq minutes, dans une seconde, notre compagnon sera inerte. Le temps qui scintillait  de choses aléatoires, imprévisibles, de hasards, d'inconnus, est anéantit, pulvérisé, et déchiré violemment. 
Nous scellons le destin d'un être vivant. Nous soufflons cette flamme, si petite soit-elle, nous coupons ce fil si mince. Ce passage de la vie à la mort, cette seconde là,  ne se conçoit pas, cela heurte et fait vaciller notre esprit pétrifié profondement.

Convaincu  que notre compagnon souffre, on pense le soulager mais la volonté de vivre de ce petit chat, est-elle éteinte? Personne ne le sait. Penser qu'il aimerait encore vivre quelques instants est une torture. 
Le coeur de notre compagnon s'emballe, puis il arrête de battre et c'est fini. Quand tout est terminé, incrédule on demande au vétérinaire, si c'est vraiment fini.... 
On est là, en face à cet être inerte ...irréversible abandon...
Je me souvient du chat Goliath qui est mort dans la salle d'attente, avant même d'être endormi. Dans le silence de cette salle, j'ai entendu le silence de la mort, la faible vibration de la vie se taire.

Quand un chat est malade, les choses évoluent progressivement mais il ya aussi les disparitions brutales, les chats accidentés, ceux victimes de cruautés, ou ceux qui disparaissent. 
Lorsque un évènement funeste arrive brutalement, les images de nos compagnons palpitants de vie s'entrechoquent avec les images de leurs morts et de leurs souffrances.  C'est unedéchirure physique.
Pour appaiser la brulure  insupportable qui se loge au creux de soi, le seul baume est de se concentrer sur les vivants....

Les corps inertes de nos compagnons sont souvent  en plein passage!!!. Les habitants du coin appellent la police!!! d'autres viennent me trouver. Hier encore ils étaient vivants et là ils sont morts. Je recueille le corps dépouillé de vie. Ou est passée leur vie? L'autopsie n'indique jamais rien de ce que l'on veut savoir. Ce que l'on sait c'est qu'un être humain est à l'origine volontairement ou non de cet anéantissement .

Et puis il y a les chats  qui ont disparus et dont on ne trouve jamais les corps, certainement jetés aux ordures sans que personne ne puisse savoir ce qu'ils sont devenus. Aucun deuil n'est possible sans voir leurs corps, et un espoir insensé de les revoir peut jaillir des mois plus tard à n'importe quel endroit.

En cherchant des chats disparus j'ai trouvé les restes de chats momifiés, enfermés il y longtemps dans les vides sanitaires. Ils avaient encore leur pelage... La pensée de leurs agonies solitaires,de leurs désespérances, de leurs souffrances, des soins qui n'ont pas pu être donnés, de leurs sauvetages ratés, (pour les plus récentes disparitions) est une douleur intolérable.

En fait, Il n'existe aucun rituel quand s'éteignent nos compagnons. Nous sommes seuls à inventer et donner un sens à ces disparitions. Les Égyptiens semble t-il, avaient des rituels pour supporter la mort de leurs compagnons, les chats. Les indiens parait-il, entretenaient avec la nature un lien, un dialogue pour s'excuser de devoir prélever et tuer des animaux pour se nourrir....

La rencontre avec un être vivant est une alchimie. L'enchantement, la magie de ce lien unique disparaitra avec lui. La mort, c'est la disparition  d'un être vivant particulier et irremplaçable. Tous nos compagnons morts ont été incinérés individuellement, les chats câlins comme les plus farouches. Leurs restes  sont  placés dans de petites urnes qui paraissent minuscules, trop petites pour ce qu'ils ont été.  Cette poussière ne représente rien d'autre que de fines particules inertes, inanimées,  paradoxales,  car elles évoquent le vivant. Ou répandre leurs cendres? Est-ce dans un lieu de recueillement ou bien faut-il mêler au vent cette poussière d'étoile?  Comment les enlacer à l'infini ?

La mort de nos compagnons laisse une empreinte mentale et physique. Le Mystère, le Sacré, enveloppe nos compagnons, pourtant personne n'est là, personne ne le sait. Ils ne sont pas membres de la famille. Il n'y a pas d' équipes de soignants, ni cérémonies pour permettre de vivre un deuil et recueillir la compassion des amis, des semblables ...



Hermès Psychopompe

A-LA-MEMOIRE-DE-FIFILLE-ET-DE-TOUS-LES-AUTRES A-LA-MEMOIRE-DE-FIFILLE-ET-DE-TOUS-LES-AUTRES
( Ces images sont choquantes. En prenant profondément soin des êtres vivants, on découvre le meilleur et il y a le pire. Aimer un animal n'est pas un loisir superficiel. On dit: C'est juste un chat, tout juste un chat, est-ce une entité insuffisante? Pourtant elle vit, elle meurt comme nous.  Aimez donc!, aimez donc un animal, un compagnon! )


Compagnon: lat. populaire compagnio, onis "qui mange son pain avec" : copain

Repost 0
Association Bastet - dans BASTET
commenter cet article